Objets divers
les pistolets 1
les pistolets 2
les pistolets 3
Les armes d'épaule
les tromblons
Sabres et épées
Objets divers
Les figurines

Mallette de chirurgien pour amputations (collection Y.Gauchet)

Traité sur la construction des vaisseaux 1758 - Duhamel de Monceau (collection Y.Gauchet)

Le régiment Boulonnais 1758 ( Réalisation Y. Gauchet)

 

Votre titre

Pour assurer un meilleur état sanitaire des vaisseaux, un ou plusieurs chirurgiens étaient embarqués. Peu de moyens pour lutter contre les maladies, typhus ou "mal des vaisseaux", paludisme, scorbut, maladies vénériennes.... La vie à bord n'avait rien de réjouissant pour les matelots souvent mal équipés dans l'espace confiné et humide des cales et batteries sous des climats souvent difficiles. Les accidents étaient fréquents avec des fractures ouvertes et traumatismes crâniens.
Cette trousse permet d'effectuer des amputation sous garrot, de soigner les plaies, de sonder et d'intervenir sur les blessures oculaires. La scie trapézo�dale avec sa visse de serrage de la lame en trèfle est typique du XVIIIème siècle.
Il existait aussi des bo�tes de trépans afin de drainer les hématomes sous-duraux. Plaies par balles, boulets mais surtout éclats de bois étaient monnaie courante pendant les engagements rapprochés.

Duhamel de Monceau fut un des grands hommes du "siècle des lumières". Humaniste, il s'intéressa aux problèmes de la pêche, des forêts et de la construction navale. Il créa l'Ecole du Louvres où l'on "standardisa" les plans des frégates et vaisseaux construits dans nos arsenaux. Vingt ans après, l'architecture navale française était copiée par nos principaux ennemis.

 

Le diorama ci-contre représente quelques sujets du régiment "Boulonnais" qui participa à la bataille de St Cast dans les C�tes d'Armor en septembre 1758. L'armée du Duc d'Aiguillon attaqua les troupes anglaises au cours de leur rembarquement après leur raid infructueux en direction de St Malo.
Ce régiment, fréquemment embarqué sur les vaisseaux, portait un uniforme blanc à col vert. Des groupes de volontaires bretons mobilisés sur place participèrent activement à l'action.
Malgré deux coups de main réussis sur Cancale et Cherbourg l'année précédente et après cet échec, il n'y eu plus de débarquement sur les c�tes de France. Mais pendant la guerre de sept ans l'Angleterre resta maitresse des mers.

gauchet.arme.monsite
08/05/08